Samedi 15 janvier 6 15 /01 /Jan 07:06
Dans ce travail, il nous a été demandé de parler de la morale traditionnelle africaine et ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Compte tenu de la diversité des cultures traditionnelles africaines, j’ai voulu me focaliser sur la culture traditionnelle congolaise et ce qu’elle est de venue aujourd’hui. Ainsi, nous allons d’abord parler de la morale traditionnelle congolaise; nous aborderons ensuite la morale moderne congolaise, enfin, nous tirerons une conclusion. Fondements moraux des sociétés traditionnelles. La morale traditionnelle de nos sociétés semble être commandée par les principes suivants : 1º Le premier fondement de cette morale traditionnelle : l'homme traditionnel vit sous la mouvance du monde invisible. L'homme se sait dépendant, contrôlé de ce monde. Il perçoit le visible, mais il va au delà de ce visible, il pense à l'invisible. Il est pour autant dire incurablement hanté par l'invisible, le mystérieux qui régit les réalités de ce monde. Ici, la vie semble tirer son origine de ce monde de l'invisible, et ce monde semble présider la destinée du monde visible. Ce monde révèle du mystérieux, de l'inconnu, de l'inépuisable et de l'imprévisible. Dans ce monde, il y a une hiérarchie, cela se remarque dans la possession d'une force mystérieuse, force plénitude. Dans le gouvernement du monde invisible, Dieu est aidé par les génies et les ancêtres. Les génies sont esprits qui président les forces de ce monde : les forêts, les eaux, etc. Ils sont bons ou mauvais selon qu'ils protègent et favorisent la vie mortel, ou par contre, selon qu'ils persécutent le mortel par les calamités. Les ancêtres occupent une place importante dans la religiosité traditionnelle congolaise ; ils sont les hommes d'exception à qui les négro-africains s'accordent à reconnaitre le mérite d'avoir vécu sur terre de façon généreuse et exemplaire. Face au monde visible, la faute morale consiste en la récolte volontaire ou involontaire contre les principes et les lois protectrices de la vie en société et dans le monde. Le bien moral, quant à lui, consiste dans la fidélité à la vie telle qu'elle est voulue et conçue pour le monde de l'invisible. 2° Le deuxième fondement est le rôle des garants de la moralité sociale, joué par les aînés dans le monde du visible. Le monde des aînés est celui des responsables à tous les secteurs de la vie, il est hiérarchisés et échoit à chacun un rôle dans la protection de la vie au monde. Cette hiérarchie est constituée des chefs, les aînés, les vieillards, parents, etc. Ici, l’auteur nous dit que la sagesse consiste à observer patiemment et rechercher constamment les volontés du monde de l’invisible sur soi-même, sur la société et sur les cosmos, et la faute morale consiste à l’infidélité à la vie donnée, voulue et protégée par le monde visible et invisible. 3° Le troisième fondement consiste au fait que cette morale est avant tout communautaire. Elle veut que chaque individu vive de façon correcte, pour le bien de toute la communauté, et cela selon l’auteur, on l’appelle solidarité. Ainsi la bénédiction d’un seul individu s’étend à toute la communauté. Fondements moraux de la société congolaise moderne En parlant des fondements moraux congolais aujourd’hui, on a l’impression que les fondements s’écroulent et se défont. Aujourd’hui au Congo, en général on déplore certain manque des principes moraux qui polarisent le consensus et l’enthousiasme de la population. Dans le cas de la conscience morale intégrée et assumée au sein de la société, c’est l’ensemble de la population qui désapprouve et dénonce d’aberrations sociales comme : la corruption, le favorisme, manque de conscience professionnelle, etc. Ici, l’auteur nous dit que, dans le cas pareil, la lutte contre ces maux peut être facilité et promet une issue heureuse grâce au sujet et à la désapprobation. Le réalisme nous pousse à reconnaître que la société congolaise moderne comme ensemble social manque une conscience morale pleinement intégrée au sein de toute la population. Pour qu’éclose dans notre pays une conscience morale vraiment rénovée au niveau de toute la nation, selon l’auteur, trois conditions paraissent d’une importance sans égale. 1º Primum manducare, deinde philosophare ; le renouveau socio-moral souhaité au Congo ne peut se réaliser que lorsque on garantie à chaque citoyen de s’acquérir dans des conditions honnêtes un minimum vital digne de sa condition en nourriture, en logement, en habillement, en instruction, en moyen de déplacement et en sécurité sociale. 2°La société congolaise moderne à besoin des ainés qui prennent au sérieux leur rôle important d’éducateurs et de garants de l’ordre social. 3º La conception spiritualiste de la vie et de l’univers par laquelle se caractérisaient nos société traditionnelles, subit de nos jours des contretemps certains. Les religions jouissent d’une autorité supérieure, elles ont de l’impact sur l’homme de l’impact sur l’homme dans sa totalité : sur son comportement extérieur et intérieur. Donc les églises congolaises qui font partie du monde des ainés, sont conviées à éclairer et guider les consciences vers l’authentique vraie, beau et honnête. CONCLUSION En somme, Les élément forment la morale traditionnelle africaine et congolaise en particulier sont : la solidarité, le respect de l’autorité et des ainée, la protection de la vie donnée et transmise, etc. En effet, dans les coutumes traditionnelles des nos tribus, une dimension est dévoilée mieux, une valeur qui explique et fonde leurs actions : c'est le respect de la vie. Au fait, dans tous ce qu'ils portent en eux, à la transmettre aux autres et à veiller à ce que cette vie telle qu'elle est portée par leurs pairs soit protégée et transmise aux autres. Parmi tant des facteurs qui ont contribué à la crise morale, je citerai le mimétisme. Il a fallu pour nous une morale propre pour l’Afrique, et adaptée aux africains. Ainsi en ce sens, nous pourrons partager le même avis que Mbambi Nlonga, qui, face à la crise de la morale en république démocratique du Congo, dit que ce qui importe, c'est d'interroger la morale congolaise traditionnelle afin de comprendre la crise actuelle de la morale au Congo et éventuellement de suggérer des orientations d'un changement possible. Mais, il est aussi important de signaler que l'importance de la crise morale résiderait dans le fait qu’elle peut constituer le point de départ vers une véritable prise de conscience ; l'homme peut envisager un changement. Cependant, pour remédier à la crise morale, nous sommes appelés à renforcer l’éducation en famille, à l’école, etc.
Par christophebani.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus